Le CAGEST fait son bilan: un bon début avec des améliorations en vue

Nelson/ février 8, 2012/ Bilan d'activités du CAGEST/ 0 comments

Les fondateurs et partenaires du CAGEST se sont réunis hier pour discuter de l'évolution l'association

Les fondateurs et partenaires du CAGEST se sont réunis hier pour discuter de l’évolution l’association
En Polynésie, 84% des chefs d’entreprise doivent fermer leurs portes après seulement quelques années d’exploitation pour mauvaise gestion. Depuis Août 2011, le Centre D’accompagnement en Gestion (CAGEST) tente de fournir une solution : un accompagnement personnalisé des chefs d’entreprise tout au long de leur parcours.
C’est une initiative qui fonctionne et que les chefs d’entreprise attendaient, du moins si l’on en croit les chiffres. Après seulement six mois, plus de 600 porteurs de projet ont été reçus pour des renseignements par le CAGEST et 120 ont participé à une formation gratuite « 1,2,3…j’entreprends » mise en place par l’association, et qui leur a permis de proposer leurs projets et de s’initier à la création et à la gestion d’entreprise.
Cette année le CAGEST a décidé de créer 15 ateliers supplémentaires, afin de répondre de manière plus approfondie aux demandes des chefs d’entreprise.
Ceux-ci sont payants et accessibles uniquement aux adhérents de l’organisation. Ils couvrent plusieurs aspects de la gestion tels que la lecture de bilan, la rédaction de devis, les droits du travail et des resources humaines, comment gérer son stock ou encore comment relancer son entreprise. Ils se déroulent toutes les semaines le mercredi et le vendredi.
« Le CAGEST a été mis en place pour apporter un accompagnement pour les entreprises en déficit et notamment les toutes petites entreprises de moins de 5 salariés, » explique Jean-Paul Tuaiva, le président du CAGEST.
« Je pense qu’aujourd’hui nous avons confirmé notre place en matière d’accompagnement. Mais il est vrai qu’après six mois nous avons décidé de revoir le dispositif et avons décidé de proposer plusieurs formules à la carte ou collectives pour correspondre plus précisément aux besoins des chefs d’entreprise et aux différents types d’accompagnement que ces personnes attendent. »

La création d’entreprise: Une réponse au manque d’emploi

Olivier Poté, le directeur régional de l'Association pour le Droit à l'Initiative Economique (ADIE)

Olivier Poté, le directeur régional de l’Association pour le Droit à l’Initiative Economique (ADIE)
Les personnes qui ne trouvent pas de travail peuvent créer leur emploi en créant leur propre entreprise. Olivier Poté, le directeur régional de l’Association pour le Droit à l’Initiative Economique (ADIE), l’un des principaux partenaires du CAGEST, pense que la Polynésie a beaucoup de potentiel pour ce genre de démarche.
« Aujourd’hui la Polynésie connait une grosse crise économique dûe à un changement de modèle économique puisque l’on passe d’une société qui dépendait énormément de l’Etat, pour se tourner vers le privé, » élabore-t-il. « En ce moment, en particulier, on parle régulièrement de licenciement, il y a un plan de départs volontaires quasiment dans toute la fonction publique donc en terme d’opportunité de travail, dans le public, on commence à voir les portes se fermer. »
« Mais dans le privé on a très peu de grosses entreprises, donc clairement aujourd’hui le travail indépendant, c’est une voix d’insertion. En plus,  il y a un savoir-faire polynésien d’artisanat, de pêche et d’agriculture ici, donc le but est de refaire émerger ces savoir-faire pour redonner à la population la possibilité de produire et gérer eux-mêmes leurs richesses. Tout ce qui leur manque c’est une meilleure compréhension de la comptabilité et de la gestion de leur entreprise, et c’est là que le CAGEST intervient.« 

Une décentralisation de l’aide en gestion

Les nouveaux ateliers permettent un meilleur encadrement des chefs d'entreprise

Les nouveaux ateliers permettent un meilleur encadrement des chefs d’entreprise
Le CAGEST tente aussi de développer un acompagnement des îles loingtaines, par skype par exemple, car il y a là bas une grosse demande de la part des chefs d’entreprise.
Pour aller encore plus loin, les membres de l’association voudraient un jour obtenir le soutien du pays sous forme d’aides financières qui seraient destinées aux entreprises émergeantes.
« Je pense qu’un investissement du pays ne serait pas à fonds perdus puisque là, on parle de création d’emplois, » ajoute Olivier Poté.

A propos du CAGEST

Même les plus ambitieux peuvent avoir besoin d'aide et sont encouragés à contacter le CAGEST avant de débuter leur entreprise

Même les plus ambitieux peuvent avoir besoin d’aide et sont encouragés à contacter le CAGEST avant de débuter leur entreprise

Le CAGEST est une association à but non lucratif qui répond aux attentes des chefs d’entreprise tant au niveau de sa structure basée sur la recherche d’économie d’échelle, par la mutualisation des moyens, que par les services proposés dans l’accompagnement en gestion.
Le CAGEST a officiellement démarré le 11 août 2011 et a été formé par la CCISM, en partnariat avec l’ADIE (Association pour le Droit à l’Initiative Economique), l’Organisation des Experts Comptables de Polynésie Française, la Banque de Tahiti et la Banque de Polynésie.

(source: TAHITI INFO)

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*